Skip to navigation Skip to the content

Votre avis nous intéresse ! Prenez quelques minutes pour répondre à notre questionnaire de satisfaction. Merci d’avance !

Retour

Décès de Michaël Pouillard

Merci Michaël !

Le 22 décembre dernier, Michaël Pouillard, gérant du restaurant Chez Max et Meuron, est décédé des suites d’une longue maladie qu’il a supportée avec courage. Homme discret, pudique, très attentionné, il faisait partie de l’histoire du Théâtre du Passage puisque dès son inauguration, il a travaillé au sein du restaurant d’abord comme serveur puis très rapidement comme gérant. Que de sourires et de clins d’œil échangés avec lui, lors de certaines soirées de spectacles où la salle de Chez Max et Meuron devenait elle aussi un véritable théâtre ! Nous pensons à toutes ces matinées où Michaël se réveillait pour venir tenir le gouvernail de son paquebot, s’armant de courage et tentant de ne pas se laisser gagner par les soucis inhérents à une telle charge. Et nous pensons à son courage, à sa ténacité. Nous avions de la chance de travailler avec lui, il menait cette barque folle de Chez Max et Meuron avec tant de sagesse et d’abnégation. Organiser des cocktails, proposer des plats à midi du lundi au vendredi et les soirs de spectacles (y compris les samedis et dimanches), accueillir les troupes venant manger même tardivement, ouvrir la terrasse les beaux jours, répondre aux demandes de soirées privées, de mariages, travailler le 24 ou le 31 décembre… Nous le respections toutes et tous pour sa disponibilité et en cuisine comme au service ses collègues lui vouaient une grande confiance, ce qui l’a bien aidé à affronter l’adversité. Nous aimerions ici remercier chaleureusement cette belle équipe de Chez Max et Meuron pour leur soutien indéfectible et leur solidarité pendant les mois où la maladie a empêché Michaël d’assurer la gestion du restaurant. Michaël était solitaire mais son équipe lui tenait très à cœur. Et nous exprimons aussi notre gratitude à toutes les personnes qui, lors de leur venue Chez Max et Meuron, lui apportaient un peu de légèreté, de douceur, de confiance. Depuis l’annonce de son décès, nous avons reçu plusieurs témoignages de sympathie de la part de fidèles habitué·es du restaurant. Nous les en remercions. Nous garderons un souvenir ému de celui que nous aimions surnommer Micha.

Robert Bouvier